Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1961

À Fontaine, l’actualité de 1961 est toujours dominée par l’Algérie : l’année s’ouvre sur les résultats du référendum où les électeurs de métropole et d’Algérie ont été invités à se prononcer sur le principe de l’autodétermination et sur un projet provisoire d’organisation des pouvoirs publics en Algérie. Les Fontainois acceptent à plus de 78% que les populations algériennes décident de leur sort. Par ce vote massif et comme le reste des métropolitains, les Fontainois expriment leur volonté d’en finir avec cette guerre. En Algérie, malgré une participation plus faible, les habitants ont voté dans le même sens, à l’exception de la population européenne qui s’inquiète d’une Algérie séparée de la France. En principe, la rubrique locale tient le lecteur à l’écart des événements nationaux et internationaux.  Pourtant le conseil municipal qui s’est déroulé le 22 avril débute par « un appui sans réserve du conseil municipal à Monsieur le Président de la République et au gouvernement pour la défense de l’autorité de l’État et de la légalité républicaine, et une condamnation de l’action misérable entreprise par les chefs de la faction et leurs complices militaires ou civils », ajoutant que ces sentiments sont également ceux de la population. En effet, contre la politique de décolonisation du général de Gaulle et pour garder l’Algérie française, quatre généraux ont organisé un coup d’état militaire le 22 avril 1961 et se sont emparés d’Alger. Quand le compte-rendu de la séance est rapporté le 27 avril, le putsch est terminé car le contingent est resté fidèle à de Gaulle, chef des armées, mais la prise de position du conseil a quand même été relayée. Par ailleurs, les appelés continuent à servir en Algérie et, pour des raisons à la fois symboliques et de proximité, l’envoi de colis par la municipalité à l’occasion de la fête nationale ne manque pas d’être mentionné.

La rubrique relative à Fontaine-lès-Dijon est avant tout un outil de communication pour le maire qui y fait paraître ses arrêtés marqués par l’époque, tandis que les associations annoncent la date de leurs manifestations : bal et voyage des pompiers, présence de l’alambic… C’est ainsi que l’édile rappelle tantôt que les chiens ne doivent pas divaguer, tantôt qu’il est formellement interdit de déposer des ordures, des matériaux ou de la terre sans autorisation écrite dans les carrières qui ne sont plus exploitées et qui parsèment la commune. Il indique qu’une autre opération de dératisation est programmée. En cette année 1961, une nouvelle ligne d’autobus desservant la rue du Faubourg Saint-Martin est mise en service. Son terminus est la mare, ce qui entraine la convergence de deux bus dans le village… Une longue liste de mesures est alors détaillée, rue par rue et tronçon par tronçon, pour interdire ou limiter le stationnement. Quant aux comptes-rendus de conseils municipaux, ils sont aléatoires et annoncent que l’étude des futurs équipements se poursuit : réseau d’eau, terrain de sports. Le principe de l’établissement d’un bureau de poste est entériné place des Carrois : il faudra attendre cependant douze ans pour qu’il sorte de terre… tandis que la deuxième phase de construction du groupe scolaire des Carrois est inscrite au tableau départemental des constructions scolaires à réaliser en priorité. La municipalité demande à l’autorité de tutelle de vendre par lots les friches du Rompot pour installer des chantiers ou des entrepôts. On sait que l’autorité préfectorale refusera en raison du projet de rocade sud… Aucune allusion n’est faite sur le plan d’urbanisme communal, qui pourtant est adopté la même année. Il ne faut pas chercher un journalisme d’investigation dans les lignes consacrées à Fontaine par Le Bien public. Les mises en perspective fouillées d’un sujet, avec rappel du contexte, en présence de plusieurs points de vue n’existent pas et on ne donne pas la parole aux habitants. Les articles sont surtout des informations pratiques.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans le Bien public de 1960

En 1960, les prix indiqués sont libellés « NF » car le nouveau franc est entré en vigueur le 1er janvier. En effet, le rétablissement de la situation monétaire de la France a été rendu urgent par son entrée dans le marché commun en 1957, afin d’éviter qu’une monnaie trop faible ne pénalise le pays face à la concurrence allemande. Dans cette optique, une des dispositions phares du général de Gaulle est la création du franc lourd qui divise les prix par 100. Tandis que cette mesure portée par le ministre des finances Antoine Pinay ouvre la voie à une prospérité croissante, Fontaine continue à voir les besoins résultant de l’évolution dynamique de la population s’amplifier, sans pouvoir apporter de réponse immédiate. Certes, la commune poursuit ses travaux d’équipements scolaires aux Carrois et aux Saverney, mais le développement des autres infrastructures nécessaires pour s’adapter au rythme de l’expansion de la population est d’autant plus lent qu’il relève de régimes administratifs, techniques et financiers distincts. Dans les rapports sommaires de deux comptes-rendus municipaux, la litanie est longue des démarches entreprises pour hâter l’amélioration de la distribution électrique, de l’alimentation en eau potable, de l’éclairage public, l’établissement d’égouts, la création d’un service de bus desservant la rue faubourg Saint-Martin, la construction du boulevard extérieur… Il faudra souvent attendre plus d’une décennie avant d’obtenir un début de réalisation.

L’augmentation de la population va également de pair avec l’accroissement du trafic routier. Dans la commune, les accidents se multiplient et un arrêté est pris pour limiter la vitesse à 40 km/h pour les véhicules à moteur et 20 km/h pour celle des bicyclettes, mais tolère une vitesse de 60 km/h rue du faubourg Saint-Martin… La signalisation routière est renforcée et, dans le village, des bandes jaunes continues sont tracées pour marquer l’axe de la chaussée, les rues n’étant pas à sens unique. En 1971, elles changeront de couleur pour se mettre en conformité avec la norme européenne.

Des colis continuent à être envoyés aux appelés d’Algérie mais le Bien public passe sous silence le conseil municipal du 30 janvier 1960, si bien que le vote de confiance à l’unanimité adressé au président de la République par le conseil municipal présidé par le maire Léonce Lamberton, pour rétablir l’ordre et faire respecter par tous l’autorité de l’État, n’est pas rapporté. Cette adresse trouve son origine dans les journées insurrectionnelles qui portent le nom de « semaine des barricades ». En effet, après la reconnaissance le 16 septembre 1959 du droit à l’autodétermination du peuple algérien, des ultras de l’Algérie française ont organisé à partir du 24 janvier des manifestations de protestation au cours desquelles des barricades ont été dressées. Des coups de feu ont été échangés, faisant 22 morts et 147 blessés parmi la foule et les forces de l’ordre. Deux jours avant le conseil municipal, le général de Gaulle en uniforme, avait fait une allocution télévisée où il appelait l’armée à ne pas se joindre aux insurgés qu’il condamnait.

En marge de ces événements, une photo parue en première page du Bien public du 18 janvier 1960 illustre le plaisir dominical de lugeurs et de patineurs sur la mare de Fontaine car une vague de froid courte mais intense a transformé la mare en patinoire naturelle. Cependant, la météo de cette année n’a pas laissé que de bons souvenirs, en octobre, une subvention votée par le conseil municipal pour venir en aide aux sinistrés des inondations rappelle que les pluies tombées sur l’ouest du Massif central ont provoqué des crues sans précédent qui ont fait 20 morts, 30 000 sinistrés et des dégâts matériels considérables.

Parmi les évènements qui ont marqué l’année à Fontaine, la mesure prise en 1956 par Électricité de France d’établir une tension de distribution de 220 volts sur tout le territoire, pour garder la même intensité et permettre de transporter une puissance double dans la même unité de temps, arrive à exécution à Fontaine. Elle entraîna la modification ou l’échange de certains appareils électriques à titre gratuit pour les usagers. Un recensement des appareils en cause fut effectué par des électriciens. À cette époque, les Fontainois comme les autres Français étaient moins équipés en appareils ménagers que les Américains qui, en partie pour cette raison, ont conservé le 110 volts…

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1959

En 1959, Fontaine est une commune qui atteint 2 224 habitants. En quatre ans, la population a augmenté de 28%. Malgré une urbanisation rapide, la ruralité est encore bien présente comme en témoigne un avis du maire aux cultivateurs, les avertissant qu’ils seront verbalisés si des dégradations causées par leurs instruments aratoires surviennent sur le chemin entre Ahuy et Fontaine qui allait être goudronné. Un arrêté rappelle également que l’usage des fusées d’artifice, pétards etc. est interdit en tout temps sur les fêtes et à leurs abords, dans une zone de 200 m autour des habitations, des hangars et des meules de paille, ainsi que sur les champs cultivés en céréales pendant les mois d’été.

En mars, les habitants ont renouvelé leur confiance au maire Léonce Lamberton qui entame son troisième mandat. Les 70% des habitants qui se sont déplacés ont voté pour lui à 77%. Un seul compte-rendu de conseil municipal, celui de novembre, est rapporté. C’est une sèche litanie de ratifications, de fixation d’indemnités, d’approbation de supplément de budget sans aucun développement. Il est question de budget, de démarches, d’adjudication pour les équipements scolaires, mais il est difficile au final de comprendre que les deux premières classes du groupe scolaire des Carrois sont ouvertes à la rentrée de septembre 1959, tandis que s’amorce la deuxième phase de construction du groupe scolaire des Saverney avec la mise en chantier de deux nouvelles classes. On sait que la commune est dotée de trois nouvelles bornes pour lutter contre les incendies et que la nécessité d’un terrain de sport se fait jour.

On retrouve sous la rubrique Fontaine les habituelles communications sur les fêtes, cérémonies, et le bal des pompiers. Il est à noter qu’à l’issue de la cérémonie du 11 novembre, le conseil municipal offre un goûter aux enfants et reçoit les assistants à la cuverie, route de Daix. Cette « salle de fêtes », connue surtout pour avoir été une discothèque, est un débit de boisson ouvert en juillet par la propriétaire de l’hôtel meublé des Cottotes. Les fêtes de saint Bernard sont mises à l’honneur avec une photo de la procession dans le parc et le récit des deux journées de manifestations religieuses : messes, processions, sermons… La foule était si dense qu’elle ne put être contenue dans la basilique  et qu’une partie des fidèles dut suivre les cérémonies à l’extérieur par le biais d’un haut-parleur. Il revint au chanoine Kir « avec la facilité d’élocution qu’on lui connaît » de clore ces fêtes.

Les faits divers sont marqués par l’éclatement dans le bas de Fontaine d’une canalisation d’eau de 70 cm de diamètre qui entraîne des perturbations dans la distribution pendant plusieurs jours.

L’actualité nationale transparaît à travers le communiqué de distribution de colis aux appelés fontainois servant en Algérie. La mention « comme chaque année » indique combien la guerre s’est banalisée. L’annonce de la quête au profit des victimes de la catastrophe de Fréjus s’accompagne de profonds sentiments de pitié et de la volonté municipale de favoriser l’élan de solidarité en faveur des sinistrés après que, dans la soirée du 2 décembre, le barrage de Malpasset au nord de Fréjus s’est rompu sous l’effet de pluies torrentielles, provoquant une vague d’eau et de boue qui a dévasté toute la vallée jusqu’à Fréjus. Cette catastrophe qui a fait 423 morts et 7 000 sinistrés a d’autant plus marqué les esprits, qu’elle s’est passée pendant que ceux qui avaient la télévision regardaient un spectacle de cirque avec le clown Zavatta, « La Piste aux Étoiles ». L’émission a été interrompue pour relater la tragédie et le choc émotionnel fut grand, déclenchant une forte compassion.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1958

L’année 1958 est marquée par les élections cantonales, en avril, et les élections législatives, en novembre, remportées, à Fontaine, par le Centre National des Indépendants (CNI) fondé en 1949. Ce parti réunit des courants de droite non gaulliste, conservatrice et libérale. Le samedi 19 avril, à la veille du scrutin des cantonales, le maire de Fontaine, Léonce Lamberton, publie une tribune de soutien au candidat sortant du CNI qui se représente, M. Hauser : le code électoral n’empêchait pas alors la promotion publicitaire de la gestion d’une collectivité par un élu pour faire pression sur son électorat et ce, au mépris de l’égalité entre les candidats.

Avec le retour au pouvoir du général de Gaulle, à la faveur du contexte insurrectionnel de mai 1958 lié à la guerre d’Algérie et à l’instabilité gouvernementale, les élections législatives de novembre visent à choisir les députés de la première législature de la Cinquième République dont la constitution a été adoptée, par référendum, le 28 septembre 1958. À Fontaine, six mois après les élections cantonales, le nombre des inscrits s’est accru de 16%. La participation à cette élection est massive (80% contre 55% pour les cantonales). Malgré une percée importante (20%) de l’Union pour la nouvelle République (UNR), parti fondé le 1er octobre 1958 pour soutenir l’action du général de Gaulle, qui remporte les élections nationales, à Fontaine, le CNI (34%) demeure en tête avec François Japiot. Élu député de la Côte-d’Or, ce conseiller municipal de Dijon ne rejoint aucun groupe à l’Assemblée nationale.

En 1958, la population fontainoise atteint 2 000 habitants. Fontaine devient donc une ville et elle fait partie des communes où un plan d’urbanisme devient obligatoire. En 1958, il est en cours de préparation. Dans le domaine scolaire, la situation est difficile mais Fontaine n’est pas prioritaire. C’est ainsi que l’autorité supérieure refuse le préfinancement par la commune de deux classes au groupe scolaire des Saverney, ce qui lui permet de nommer un seul instituteur, qui exerce provisoirement au village dans des classes surchargées, car le groupe des Carrois n’est qu’en cours de construction.

Fontaine bascule vers une société plus urbaine mais la ruralité est toujours très prégnante. En octobre, un avis de la mairie rappelle que la divagation des chiens est formellement interdite tant dans les champs que les rues et chemins et que les chiens de chasse ne peuvent sortir qu’en action de chasse et dans les limites prévues par les lois et règlements. De son côté, en décembre, le syndicat des fruits informe ses adhérents que l’alambic est installé chemin Saint-Martin.

Divers avis montrent des services embryonnaires. Le 1er septembre, le journal titre que la Caisse d’épargne inaugure sa 24e succursale à Fontaine et une photo illustre le vin d’honneur servi à la mairie. Cette succursale est ouverte chez la buraliste du village, Mme Viollet, le lundi de chaque semaine de 10 à 11 h… Pour l’enlèvement des ordures, il est rappelé que les récipients et leur contenu doivent permettre une manutention facile et sans danger. L’usage de caisse en mauvais état est interdit, les clous pouvant occasionner des blessures… En janvier le temps froid occasionne des chutes de neige et le maire redit que l’usage de luges ou de traineaux constituant une gêne ou un danger sur les voies publiques tombe sous les interdictions du code de la route. Des ordres ont été donnés aux services de police pour faire respecter cette interdiction.

Sur le plan culturel, la fête patronale, place des Carrois, le bal des pompiers au café de la place du Perron, les cérémonies mémorielles rythment l’année. La fête nationale n’est pas accompagnée de manifestations festives mais il est demandé aux habitants de pavoiser leur maison. Avec l’UFOLEIS, qui est la fédération de Ciné-clubs de la Ligue Française de l’Enseignement et de l’Éducation, des séances de projection de films de qualité sont proposées à tous par le conseil des parents d’élèves.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1957

Pour Fontaine, janvier s’ouvre dans le Bien public par les remerciements des conscrits de la classe 1957 aux habitants pour la sympathie généreuse qu’ils leur ont témoignée lors de leur passage, l’annonce de leur repas dans un restaurant près de la place de la République à Dijon et l’invitation à leur bal dans la salle du café de la place du Perron. Avant de partir à l’armée, il était en effet de tradition que l’année de leurs 20 ans, les jeunes parcourent les rues du village de manière exubérante pour quêter de maison en maison afin de s’offrir un banquet et donner un bal. Les festivités, souvent très alcoolisées, incluaient une remise de gerbe au monument aux morts et une messe le dimanche. La communication des conscrits dans la presse est nouvelle car la tradition conscrite ne nécessitait pas de publicité. Ce changement est sans doute lié à la conjuration de l’anxiété des appelés à devoir servir en Algérie, où les nouvelles n’ont rien de réjouissant car, en 1957, avec le prolongement de la guerre, le temps de service augmente et passe de 18 à 28 ou 30 mois, tandis que la liste des morts s’allonge.
À Fontaine, la question algérienne est omniprésente. Par deux fois, pour la fête nationale et pour Noël, la municipalité demande aux familles de lui communiquer l’adresse des militaires servant en Algérie ou en Allemagne, à l’exclusion des militaires à solde mensuelle, afin de leur envoyer des colis. Dans le contexte de la Guerre froide, des forces françaises stationnaient en Allemagne et, avant de partir en Algérie, des appelés y faisaient leurs classes dans des postes spécialisés comme opérateurs ou dépanneurs-radio, mécaniciens, servants du matériel du Génie et des Transmissions. Les familles vivaient difficilement l’envoi d’un fils, d’un père ou d’un frère en Algérie où la mort rôdait. Avec ces colis, la municipalité essaie d’apporter un peu de réconfort et de soutien aux appelés de la commune et d’exprimer sa solidarité avec les parents.
Du 5 au 9 mai, le vignoble et les plantations fruitières sont affectés par un froid inhabituel, des gelées de printemps tardives et un épisode neigeux. Un avis indique que les exploitants de superficies d’une certaine importance seront reçus en mairie selon un calendrier alphabétique, pour déclarer leurs pertes et solliciter des dégrèvements fiscaux.
Le reste de l’année est rythmé par les séances de vaccination, le rappel des arrêtés toujours valables relatifs à l’usage de la mare, les habituels encarts de la compagnie des pompiers, tantôt pour remercier les habitants de l’accueil qui leur a été fait lors de leur tournée de distribution des calendriers, tantôt pour annoncer une sortie de l’Amicale dans les Vosges ou bien le banquet annuel et le bal qui s’en suit. Le cercle Saint-Bernard poursuit l’organisation en mai d’un week-end récréatif avec pièces de théâtre comiques, chanteur, danseur et humoriste et programme une kermesse pour le 14 juillet. Le compte-rendu du traditionnel pèlerinage qui clôt les fêtes de saint Bernard, rapporte qu’il demeure suivi par un nombre imposant de fidèles. Quant au déroulement de la cérémonie à la mémoire des résistants Jean Darnet et Robert Pontiroli, la population en est fidèlement informée par le Maquis Liberté en accord avec la Municipalité, après un bref rappel des circonstances du drame qui s’est déroulé treize ans auparavant.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1956

Le début de 1956 est marqué par un communiqué peu commun de nos jours : deux individus nominativement « soussignés, domiciliés à Fontaine-lès-Dijon, s’excusent publiquement des paroles désobligeantes qu’ils ont prononcées vis-à-vis du corps des sapeurs-pompiers de Fontaine-lès-Dijon qui ne reposaient sur aucun fondement »…

1956 est ensuite rythmé par les traditionnels avis des manifestations qui se déroulent dans la commune : fête patronale, cérémonie commémorative à la stèle des fusillés, bal des pompiers, atelier de distillation… S’y ajoute une kermesse organisée, près de la mare, le 6 juillet, par le cercle Saint-Bernard, avec jeux, attractions, concours de tir, buffet et buvette. Le cercle saint-Bernard était une association paroissiale de jeunes, qui se rassemblaient salle Sainte-Catherine, 19 rue Jehly-Bachellier, pour lire, faire du théâtre, de la musique, des jeux, de la danse, des projections cinématographiques, du sport dans la cour, et proposer des séances récréatives. Avec l’ouverture de la chapelle Saint-Martin, le cercle fut dissous en 1965 et la salle Sainte-Catherine, qui datait de 1908, fut vendue et démolie pour laisser place à une villa.

L’actualité internationale est évoquée au travers de l’invitation du maire à la cérémonie du 11 novembre. Léonce Lamberton demande « à chacun d’unir dans une même pensée tous les soldats des armées françaises et alliées morts pour la patrie soit au cours de guerres mondiales, soit pour la défense de l’Union française ou en Algérie, soit en Égypte ». Il ajoute que « l’hommage des Fontainois ira également aux Hongrois massacrés pour avoir défendu leur liberté ». Comme beaucoup de Français à l’époque, le maire n’est pas hostile au maintien de l’empire colonial mais l’Union française, qui lui a succédé après la Seconde Guerre mondiale, se délite de plus en plus : la Tunisie et le Maroc obtiennent leur indépendance en 1956. À partir de 1954, les appelés du contingent sont envoyés dans les trois départements d’Algérie pendant leur service militaire pour des « opérations de maintien de l’ordre ». Pour certains, le service militaire durera 18 mois, pour d’autres 30 mois, et pendant cette guerre, qui a mobilisé 1,5 millions d’appelés, 15 583 mourront  au combat et plus de 7000 seront blessés dans des accidents. Avec la guerre d’Algérie, la question coloniale entre dans les foyers de la métropole et va modifier l’opinion. Ainsi, à Fontaine, en juin, dans un but de solidarité, le conseil municipal demande aux familles des militaires en résidence à Fontaine et qui servaient en Algérie de communiquer leur adresse à la mairie. Cette même année, une autre guerre affaiblit le colonialisme. Le 26 juillet 1956, la nationalisation par le président égyptien Nasser, du canal de Suez, en partie propriété franco-britannique, provoque à l’automne l’attaque de l’Égypte par les troupes Françaises alliées aux Britanniques et aux Israéliens. Malgré leur victoire militaire, les Français et leurs alliés doivent se retirer du canal sous la pression de l’URSS et des États-Unis. Le maire est plus à l’aise pour dénoncer l’invasion soviétique en Hongrie qui se déroule en même temps que la crise de Suez. Il prend fait et cause pour l’insurrection hongroise et révèle sa compassion pour les Hongrois qui ont voulu défendre leur liberté et ont été écrasés par une sanglante répression. Il soutient la quête, le dimanche 18 novembre, des fillettes des écoles publiques de Fontaine-lès-Dijon, qui vendent en porte à porte des insignes au profit du peuple hongrois. Il fait publier le montant respectif de la recette de l’école de filles du village et de celle des Saverney et remercie les donateurs. En 1956, le groupe scolaire des Carrois n’existe pas. L’achat du terrain vient juste de débuter et les écoles ne sont pas mixtes.

En 1956, Fontaine-lès-Dijon apparaît à la une de l’actualité régionale à la suite de l’incendie qui a détruit, le 12 décembre 1956, le bâtiment en bois, d’une quarantaine de mètres, servant de dortoir aux 50 ouvriers logés par l’entreprise Paquet. Cette entreprise spécialisée dans le gros œuvre et qui a pignon sur rue à Fontaine 77 route d’Ahuy, avait son siège social à Arnay-le-Duc depuis 1920, mais deux des fils du fondateur s’étaient installés à Fontaine-lès-Dijon en 1954, chemin Saint-Martin, et avaient ouvert d’importants chantiers à Dijon. Au moment où le feu, provoqué vraisemblablement par le poêle situé au milieu du baraquement, s’était déclaré, le lieu était vide car les ouvriers prenaient leur repas du soir. Le préjudice fut important pour les ouvriers, qui se retrouvèrent sans abri après avoir perdu argent et objets personnels, et pour l’entreprise car il fallut plus d’une heure aux pompiers de Dijon épaulés par ceux de Fontaine-lès-Dijon pour écarter tout danger. Jusqu’en 1981 en effet, la commune avait un corps de sapeurs-pompiers bénévoles qui a été supprimé avec l’installation d’une caserne de pompiers professionnels.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1955

En février 1955, pour répondre aux instructions ministérielles et préfectorales, le maire, Léonce Lamberton, fait paraître deux avis successifs sur l’organisation, à Fontaine-lès-Dijon, de séances gratuites de vaccination antivariolique organisées par la municipalité afin de pousser les habitants à se faire vacciner. En effet, durant l’hiver 1954-1955, au moment de Noël, la variole a ressurgi sur le sol français en Bretagne, à Vannes et à Brest. Le virus a été ramené du Vietnam, en novembre 1954, par un militaire qui a contracté la maladie, malgré la vaccination, et l’a transmise à son fils de 18 mois car, en 1955, même si la maladie est un lointain souvenir en Europe, elle perdure dans d’autres parties du monde. Des mesures d’isolement des malades, des interdictions de grands rassemblements et une campagne de vaccination collective vont permettre de stopper la crise sanitaire car l’immunité est acquise 11 jours après une vaccination. L’épidémie s’éteint, en mars, à Vannes, et en mai 1955, à Brest. À la suite d’une campagne mondiale de vaccination conduite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à partir de 1958, l’éradication de la variole est décrétée par l’OMS en 1979. L’épidémie de variole en 1955 a été la dernière en France.

En juin, le maire et les membres du conseil municipal de Fontaine-lès-Dijon invitent la population de la commune à l’inauguration du groupe scolaire des Saverney pour le 9 juillet. Malheureusement, cette manifestation ne donne lieu qu’à cet avis.

D’autres avis municipaux ont trait aux dates de vaccination antidiphtérique et antitétanique, à des coupures d’eau, au montant de la taxe sur les locaux loués garnis. Des épaves comme sacoche de vélo, coussin de fourrure, broche qu’il faut venir chercher à la mairie ou chez des particuliers sont régulièrement signalées. Un chien trouvé ; sur lequel on peut obtenir des renseignements au magasin « Coop », est l’occasion de signaler qu’un commerce à cette enseigne existait en 1955, 25 rue des Templiers.

La plaque commémorative des célébrations du VIIIe  centenaire de la mort de saint Bernard.

Pendant cette année 1955, le plus long article est consacré aux fêtes de saint Bernard, avec un appel à un pèlerinage massif pour participer, le samedi après-midi 20 août, à la bénédiction par Monseigneur Sembel, évêque de Dijon, de la plaque commémorative des célébrations du VIIIe centenaire de la mort de saint Bernard. On apprend ainsi que cette plaque a pu être financée grâce aux offrandes recueillies à l’issue de la grande manifestation du clos des Feuillants le 20 septembre 1953. Le programme des fêtes sur trois jours est détaillé, avec notamment le samedi, dans le parc et autour de la Maison natale, une retraite aux flambeaux composés de cierges avec protège-flamme spécial et, le dimanche après-midi, les vêpres, la prédication et la procession des reliques de saint Bernard sous la présidence du chanoine Kir, député-maire. Hier comme aujourd’hui et contrairement aux fonctionnaires, les élus ne sont pas, en principe, concernés par le devoir de neutralité.

En décembre, la compagnie des sapeurs-pompiers de Fontaine-lès-Dijon fête la Sainte-Barbe en organisant son banquet annuel au café de la Place. Elle invite ses membres honoraires à se faire inscrire pour participer au repas. C’est un moment privilégié pour affirmer la cohésion du groupe, rendre hommage aux disparus et partager un moment amical. La jeunesse est conviée au bal le soir.

En 1955, pour Fontaine, Le Bien public ne fait donc état que d’annonces sans aucun compte rendu.

Sigrid Pavèse