Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1957

Pour Fontaine, janvier s’ouvre dans le Bien public par les remerciements des conscrits de la classe 1957 aux habitants pour la sympathie généreuse qu’ils leur ont témoignée lors de leur passage, l’annonce de leur repas dans un restaurant près de la place de la République à Dijon et l’invitation à leur bal dans la salle du café de la place du Perron. Avant de partir à l’armée, il était en effet de tradition que l’année de leurs 20 ans, les jeunes parcourent les rues du village de manière exubérante pour quêter de maison en maison afin de s’offrir un banquet et donner un bal. Les festivités, souvent très alcoolisées, incluaient une remise de gerbe au monument aux morts et une messe le dimanche. La communication des conscrits dans la presse est nouvelle car la tradition conscrite ne nécessitait pas de publicité. Ce changement est sans doute lié à la conjuration de l’anxiété des appelés à devoir servir en Algérie, où les nouvelles n’ont rien de réjouissant car, en 1957, avec le prolongement de la guerre, le temps de service augmente et passe de 18 à 28 ou 30 mois, tandis que la liste des morts s’allonge.
À Fontaine, la question algérienne est omniprésente. Par deux fois, pour la fête nationale et pour Noël, la municipalité demande aux familles de lui communiquer l’adresse des militaires servant en Algérie ou en Allemagne, à l’exclusion des militaires à solde mensuelle, afin de leur envoyer des colis. Dans le contexte de la Guerre froide, des forces françaises stationnaient en Allemagne et, avant de partir en Algérie, des appelés y faisaient leurs classes dans des postes spécialisés comme opérateurs ou dépanneurs-radio, mécaniciens, servants du matériel du Génie et des Transmissions. Les familles vivaient difficilement l’envoi d’un fils, d’un père ou d’un frère en Algérie où la mort rôdait. Avec ces colis, la municipalité essaie d’apporter un peu de réconfort et de soutien aux appelés de la commune et d’exprimer sa solidarité avec les parents.
Du 5 au 9 mai, le vignoble et les plantations fruitières sont affectés par un froid inhabituel, des gelées de printemps tardives et un épisode neigeux. Un avis indique que les exploitants de superficies d’une certaine importance seront reçus en mairie selon un calendrier alphabétique, pour déclarer leurs pertes et solliciter des dégrèvements fiscaux.
Le reste de l’année est rythmé par les séances de vaccination, le rappel des arrêtés toujours valables relatifs à l’usage de la mare, les habituels encarts de la compagnie des pompiers, tantôt pour remercier les habitants de l’accueil qui leur a été fait lors de leur tournée de distribution des calendriers, tantôt pour annoncer une sortie de l’Amicale dans les Vosges ou bien le banquet annuel et le bal qui s’en suit. Le cercle Saint-Bernard poursuit l’organisation en mai d’un week-end récréatif avec pièces de théâtre comiques, chanteur, danseur et humoriste et programme une kermesse pour le 14 juillet. Le compte-rendu du traditionnel pèlerinage qui clôt les fêtes de saint Bernard, rapporte qu’il demeure suivi par un nombre imposant de fidèles. Quant au déroulement de la cérémonie à la mémoire des résistants Jean Darnet et Robert Pontiroli, la population en est fidèlement informée par le Maquis Liberté en accord avec la Municipalité, après un bref rappel des circonstances du drame qui s’est déroulé treize ans auparavant.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1956

Le début de 1956 est marqué par un communiqué peu commun de nos jours : deux individus nominativement « soussignés, domiciliés à Fontaine-lès-Dijon, s’excusent publiquement des paroles désobligeantes qu’ils ont prononcées vis-à-vis du corps des sapeurs-pompiers de Fontaine-lès-Dijon qui ne reposaient sur aucun fondement »…

1956 est ensuite rythmé par les traditionnels avis des manifestations qui se déroulent dans la commune : fête patronale, cérémonie commémorative à la stèle des fusillés, bal des pompiers, atelier de distillation… S’y ajoute une kermesse organisée, près de la mare, le 6 juillet, par le cercle Saint-Bernard, avec jeux, attractions, concours de tir, buffet et buvette. Le cercle saint-Bernard était une association paroissiale de jeunes, qui se rassemblaient salle Sainte-Catherine, 19 rue Jehly-Bachellier, pour lire, faire du théâtre, de la musique, des jeux, de la danse, des projections cinématographiques, du sport dans la cour, et proposer des séances récréatives. Avec l’ouverture de la chapelle Saint-Martin, le cercle fut dissous en 1965 et la salle Sainte-Catherine, qui datait de 1908, fut vendue et démolie pour laisser place à une villa.

L’actualité internationale est évoquée au travers de l’invitation du maire à la cérémonie du 11 novembre. Léonce Lamberton demande « à chacun d’unir dans une même pensée tous les soldats des armées françaises et alliées morts pour la patrie soit au cours de guerres mondiales, soit pour la défense de l’Union française ou en Algérie, soit en Égypte ». Il ajoute que « l’hommage des Fontainois ira également aux Hongrois massacrés pour avoir défendu leur liberté ». Comme beaucoup de Français à l’époque, le maire n’est pas hostile au maintien de l’empire colonial mais l’Union française, qui lui a succédé après la Seconde Guerre mondiale, se délite de plus en plus : la Tunisie et le Maroc obtiennent leur indépendance en 1956. À partir de 1954, les appelés du contingent sont envoyés dans les trois départements d’Algérie pendant leur service militaire pour des « opérations de maintien de l’ordre ». Pour certains, le service militaire durera 18 mois, pour d’autres 30 mois, et pendant cette guerre, qui a mobilisé 1,5 millions d’appelés, 15 583 mourront  au combat et plus de 7000 seront blessés dans des accidents. Avec la guerre d’Algérie, la question coloniale entre dans les foyers de la métropole et va modifier l’opinion. Ainsi, à Fontaine, en juin, dans un but de solidarité, le conseil municipal demande aux familles des militaires en résidence à Fontaine et qui servaient en Algérie de communiquer leur adresse à la mairie. Cette même année, une autre guerre affaiblit le colonialisme. Le 26 juillet 1956, la nationalisation par le président égyptien Nasser, du canal de Suez, en partie propriété franco-britannique, provoque à l’automne l’attaque de l’Égypte par les troupes Françaises alliées aux Britanniques et aux Israéliens. Malgré leur victoire militaire, les Français et leurs alliés doivent se retirer du canal sous la pression de l’URSS et des États-Unis. Le maire est plus à l’aise pour dénoncer l’invasion soviétique en Hongrie qui se déroule en même temps que la crise de Suez. Il prend fait et cause pour l’insurrection hongroise et révèle sa compassion pour les Hongrois qui ont voulu défendre leur liberté et ont été écrasés par une sanglante répression. Il soutient la quête, le dimanche 18 novembre, des fillettes des écoles publiques de Fontaine-lès-Dijon, qui vendent en porte à porte des insignes au profit du peuple hongrois. Il fait publier le montant respectif de la recette de l’école de filles du village et de celle des Saverney et remercie les donateurs. En 1956, le groupe scolaire des Carrois n’existe pas. L’achat du terrain vient juste de débuter et les écoles ne sont pas mixtes.

En 1956, Fontaine-lès-Dijon apparaît à la une de l’actualité régionale à la suite de l’incendie qui a détruit, le 12 décembre 1956, le bâtiment en bois, d’une quarantaine de mètres, servant de dortoir aux 50 ouvriers logés par l’entreprise Paquet. Cette entreprise spécialisée dans le gros œuvre et qui a pignon sur rue à Fontaine 77 route d’Ahuy, avait son siège social à Arnay-le-Duc depuis 1920, mais deux des fils du fondateur s’étaient installés à Fontaine-lès-Dijon en 1954, chemin Saint-Martin, et avaient ouvert d’importants chantiers à Dijon. Au moment où le feu, provoqué vraisemblablement par le poêle situé au milieu du baraquement, s’était déclaré, le lieu était vide car les ouvriers prenaient leur repas du soir. Le préjudice fut important pour les ouvriers, qui se retrouvèrent sans abri après avoir perdu argent et objets personnels, et pour l’entreprise car il fallut plus d’une heure aux pompiers de Dijon épaulés par ceux de Fontaine-lès-Dijon pour écarter tout danger. Jusqu’en 1981 en effet, la commune avait un corps de sapeurs-pompiers bénévoles qui a été supprimé avec l’installation d’une caserne de pompiers professionnels.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1955

En février 1955, pour répondre aux instructions ministérielles et préfectorales, le maire, Léonce Lamberton, fait paraître deux avis successifs sur l’organisation, à Fontaine-lès-Dijon, de séances gratuites de vaccination antivariolique organisées par la municipalité afin de pousser les habitants à se faire vacciner. En effet, durant l’hiver 1954-1955, au moment de Noël, la variole a ressurgi sur le sol français en Bretagne, à Vannes et à Brest. Le virus a été ramené du Vietnam, en novembre 1954, par un militaire qui a contracté la maladie, malgré la vaccination, et l’a transmise à son fils de 18 mois car, en 1955, même si la maladie est un lointain souvenir en Europe, elle perdure dans d’autres parties du monde. Des mesures d’isolement des malades, des interdictions de grands rassemblements et une campagne de vaccination collective vont permettre de stopper la crise sanitaire car l’immunité est acquise 11 jours après une vaccination. L’épidémie s’éteint, en mars, à Vannes, et en mai 1955, à Brest. À la suite d’une campagne mondiale de vaccination conduite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à partir de 1958, l’éradication de la variole est décrétée par l’OMS en 1979. L’épidémie de variole en 1955 a été la dernière en France.

En juin, le maire et les membres du conseil municipal de Fontaine-lès-Dijon invitent la population de la commune à l’inauguration du groupe scolaire des Saverney pour le 9 juillet. Malheureusement, cette manifestation ne donne lieu qu’à cet avis.

D’autres avis municipaux ont trait aux dates de vaccination antidiphtérique et antitétanique, à des coupures d’eau, au montant de la taxe sur les locaux loués garnis. Des épaves comme sacoche de vélo, coussin de fourrure, broche qu’il faut venir chercher à la mairie ou chez des particuliers sont régulièrement signalées. Un chien trouvé ; sur lequel on peut obtenir des renseignements au magasin « Coop », est l’occasion de signaler qu’un commerce à cette enseigne existait en 1955, 25 rue des Templiers.

La plaque commémorative des célébrations du VIIIe  centenaire de la mort de saint Bernard.

Pendant cette année 1955, le plus long article est consacré aux fêtes de saint Bernard, avec un appel à un pèlerinage massif pour participer, le samedi après-midi 20 août, à la bénédiction par Monseigneur Sembel, évêque de Dijon, de la plaque commémorative des célébrations du VIIIe centenaire de la mort de saint Bernard. On apprend ainsi que cette plaque a pu être financée grâce aux offrandes recueillies à l’issue de la grande manifestation du clos des Feuillants le 20 septembre 1953. Le programme des fêtes sur trois jours est détaillé, avec notamment le samedi, dans le parc et autour de la Maison natale, une retraite aux flambeaux composés de cierges avec protège-flamme spécial et, le dimanche après-midi, les vêpres, la prédication et la procession des reliques de saint Bernard sous la présidence du chanoine Kir, député-maire. Hier comme aujourd’hui et contrairement aux fonctionnaires, les élus ne sont pas, en principe, concernés par le devoir de neutralité.

En décembre, la compagnie des sapeurs-pompiers de Fontaine-lès-Dijon fête la Sainte-Barbe en organisant son banquet annuel au café de la Place. Elle invite ses membres honoraires à se faire inscrire pour participer au repas. C’est un moment privilégié pour affirmer la cohésion du groupe, rendre hommage aux disparus et partager un moment amical. La jeunesse est conviée au bal le soir.

En 1955, pour Fontaine, Le Bien public ne fait donc état que d’annonces sans aucun compte rendu.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1954

En 1954, la plupart des articles, dont aucun n’est illustré, sont des communiqués du maire, Léonce Lamberton. Ainsi, le 11 janvier, ce dernier interdit aux promeneurs des environs d’utiliser les rues du village et les chaussées pour pratiquer les sports d’hiver car les luges, les skis et le patinage aggravent l’état glissant des voies publiques. Il indique aussi que par mesure de précaution, il ne sera pas toléré plus de 20 patineurs sur la mare dont la glace est peu épaisse et que la commune décline toute responsabilité. Ces arrêtés sont en rapport avec la première des vagues de froid sibérien du début de l’année qui amènent l’abbé Pierre à lancer son célèbre appel le 1er février. À Fontaine, les dons au bureau de bienfaisance de deux industriels, que le maire remercie pour leur générosité, permettent d’augmenter la distribution de combustible aux nécessiteux.

Jusqu’en 1950, l’automobile n’était que l’apanage d’une minorité mais en 1954, son usage se démocratise et l’explosion du parc inquiète les responsables : c’est la raison pour laquelle, en août, lors de la fête patronale, le maire recommande instamment aux personnes qui utiliseront des véhicules à moteur d’être très prudentes aux abords de la fête.

Le même mois, comme chaque année, il invite la population à commémorer l’anniversaire du martyre et de l’exécution sommaire de Jean Darnet et Robert Pontiroli. Pour marquer le 10e anniversaire de cet assassinat, l’Amicale du Maquis Liberté offre aux familles une plaque souvenir perpétuant la mémoire des disparus.

L’organisation de la rentrée des classes le 17 septembre laisse deviner une situation scolaire explosive en raison de l’augmentation de la population. La commune ne peut plus accueillir d’enfants des communes limitrophes dans les classes du village et la section enfantine n’admet plus que les enfants nés en 1949. L’urgence est telle qu’à la veille des grandes vacances est donné le premier coup de pioche du groupe scolaire sud qui deviendra l’école des Saverney et qu’en deux mois, sous l’impulsion de l’architecte Delavault, une école de deux classes, l’une de filles, l’autre de garçons, sort de terre et ouvre à la rentrée avec un instituteur et une institutrice qui s’occupent de 5 niveaux chacun… Le maire remercie tous les entrepreneurs qui sont intervenus, comme on le voit, dans un temps record, en particulier « l’entreprise Paquet d’Arnay-le-Duc et de Fontaine-les Dijon ». Le siège social de cette entreprise était alors à Arnay mais Jean, l’un des frères Paquet s’est installé en 1954 rue du Faubourg Saint-Martin et 1954 marque le début de l’implantation de cet établissement dans la commune.

Dans la nuit du 9 au 10 septembre, le séisme qui a totalement détruit Orléansville et ravagé les centres environnants a pris l’ampleur d’une catastrophe nationale car, en 1954, l’Algérie est un département français. La solidarité se manifeste immédiatement envers les sinistrés et le maire de Fontaine communique sur l’organisation d’une quête à domicile, puis sur le produit de la collecte, auquel s’ajoute celui du don voté par le conseil municipal.

Quelques jours plus tard, les jeunes gens de Fontaine, à la veille de leur départ pour le service militaire, sont félicités pour avoir, avant de se livrer aux réjouissances habituelles, fleuri les monuments commémoratifs qui rappellent le souvenir d’hommes « tombés pour un idéal de liberté et d’indépendance et pour une vie sociale meilleure ». On voit ainsi comment, 10 ans après la Libération, la génération appelée est pénétrée de l’esprit de la Résistance et comment la référence aux aînés motive l’acceptation du devoir militaire. Mais en septembre, date de leur départ, les appelés ignorent qu’un mois plus tard, avec la Toussaint rouge à l’origine de la guerre en Algérie, le contingent sera obligé de traverser la Méditerranée pour des « opérations de maintien de l’ordre » traumatisantes pour beaucoup.

En 1954, Fontaine demeure un gros producteur de fruits dont beaucoup sont destinés à être distillés. En décembre, le syndicat des fruits indique donc que l’atelier public de distillation se tient à la disposition des intéressés au nouvel emplacement, chemin Saint-Martin, sans dire pourquoi le lieu traditionnel à côté de la mare n’est plus retenu depuis 1953.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1952-1953

Une partie de la foule au « clos des Feuillants » le 20.9.1953.

En 1952, la rubrique Fontaine-lès-Dijon n’apparaît que pour informer, comme chaque année depuis 1945, de la cérémonie du 25 août organisée par l’Amicale du maquis Liberté et la municipalité, en souvenir de Darnet et Pontiroli, devant la stèle commémorative de leur exécution sommaire.

L’année 1953 est plus bavarde. Les différentes manifestations intellectuelles, touristiques, artistiques et religieuses célébrant le huitième centenaire de la mort de saint Bernard sont largement couvertes au niveau régional avec de nombreuses photos. À Fontaine même, un avis nous apprend qu’une réunion pour la préparation des fêtes a lieu en mars au café de la Place, qui était alors doté d’une salle dédiée aux rassemblements publics. C’est à Fontaine en effet que se clôturent, le 20 septembre 1953, les cérémonies de cette année bernardine. Un plan de circulation accompagné d’explications paraît le 20 et, le lendemain, un reportage sur trois pages, dont deux uniquement de photos, fait le récit de ces fêtes qui se sont déroulées sur deux jours, à Dijon et Fontaine. Il titre sur la participation de 35 000 personnes et une photo sur une demi-page montre une partie de la foule dans le clos des Feuillants, à l’ouest de la Maison natale, la place étant trop petite pour accueillir une telle multitude.

En 1953, Fontaine compte 802 inscrits sur les listes électorales comme nous l’apprend un entrefilet d’avril 1953 sur le résultat des élections municipales, sans qu’à Fontaine, aucun autre article ne les évoque autrement. La participation est alors de 71% et pas un des 13 conseillers élus conduits par Léonce Lamberton n’obtient moins de 86% des voix.

Plusieurs articles indiquent le caractère toujours rural de la commune comme celui où le président du syndicat des fruits communique que l’atelier de distillation ne se tiendra pas près de la mare comme habituellement mais chemin Saint-Martin, la raison de ce changement de lieu n’étant pas indiquée. Quant au rappel par la municipalité que des ordres très stricts ont été donnés aux gardes-champêtres pour dresser des procès-verbaux à l’encontre des visiteurs du cimetière qui ont pris l’habitude de jeter les fleurs fanées enlevées de leurs tombes n’importe où, y compris sur celles du voisinage, alors qu’il existe un lieu de collecte fort visible à l’extérieur du cimetière, il redit que commune rurale ou pas, les incivilités ont toujours existé mais que les chargés de l’ordre ont changé d’appellation.

Néanmoins le passage du rural à l’urbain se fait sentir avec le signalement, lié aux travaux d’adduction d’eau, d’un arrêt de distribution d’eau potable le 17 juin dans le vieux village ou, en juillet, avec l’avis d’extension du service de ramassage des ordures ménagères à de nouvelles voies. Le signalement que les débris de verre, les tailles d’arbustes et particulièrement les branches de rosiers ne font pas partie des ordures ménagères montrent que le tri est ancien mais que les récipients de collecte ne sont pas encore normalisés puisqu’il est noté que leur poids, y compris leur contenu, doit offrir la possibilité d’un chargement par un seul homme et que les caisses en bois sont interdites compte-tenu des accidents que les clous peuvent occasionner. N’oublions pas que jusqu’en 1964, il n’existe qu’un seul préposé à l’enlèvement des ordures ménagères qui le fait avec un tombereau hippomobile.

Pendant que l’équipement de la commune se poursuit pour faire face aux mutations en cours, la guerre d’Indochine continue comme en témoigne la relation des obsèques à Fontaine-lès-Dijon, le 30 janvier 1953, du capitaine Poitau mort au Tonkin le 5 avril 1952. Il laisse une veuve et quatre jeunes enfants.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1951

En 1951, la commune n’est guère mise en avant puisqu’elle n’apparaît que quatre fois dont trois pour des communiqués. Le premier annonce la date de la fête patronale. Le second est un avis de la mairie invitant les usagers du chemin des Combottes à la prudence parce qu’il est en réparation. En fait de « réparation », la municipalité aménage cette voie correspondant à l’ancien chemin de Fontaine à Talant pour s’adapter à l’extension urbaine et répondre à une augmentation du trafic. Le troisième message est une convocation des adhérents du syndicat des petits fruits concernant la déclaration de récolte. En effet, en 1951 et pour une vingtaine d’années encore, Fontaine est un gros pourvoyeur de cerises, groseilles, cassis, framboises et prunes que le syndicat, fondé en 1926 par les agriculteurs et viticulteurs de la commune, collecte à destination des liquoristes dijonnais.

Un article plus long, malheureusement non illustré, est consacré aux obsèques de l’ancien maire de Fontaine, Maurice Supernant. Il fait une large part au discours du maire de Couternon, Marcel Isselin, car Maurice Supernant était le président en titre du syndicat intercommunal d’électrification de Plombières et Marcel Isselin, le vice-président. Ce dernier souligne le combat acharné de Maurice Supernant en butte à l’opposition de « l’EDF » et au défaut de crédits, pour terminer le plus rapidement possible l’électrification de tous les écarts. Dans un syndicat qui réunissait surtout des communes rurales, Maurice Supernant avait fait le choix de donner la priorité à l’électrification des fermes les plus isolées au détriment de l’amélioration et de l’extension du réseau dans les communes suburbaines comme Fontaine, dont les besoins augmentaient avec la création de nouveaux lotissements. Les communes rurales perdaient donc en Maurice Supernant un tenace défenseur de leurs intérêts. Parallèlement, Maurice Supernant a été le promoteur du syndicat des eaux de la vallée de l’Ouche et de celui du gaz. Ancien ingénieur des ponts et chaussées, il réunissait à la fois compétences techniques et qualités d’administrateur et pour administrer la commune de Fontaine dans la décennie 1935-1945 il lui fallut être performant… Comme ses actions en tant que maire de Fontaine rappelées dans le discours d’hommage de son successeur à la mairie de Fontaine, Léonce Lamberton, ne sont pas rapportées dans l’article, il faut rechercher dans les registres des délibérations municipales ce qui a marqué son mandat. On apprend ainsi qu’il a poursuivi l’installation de l’eau potable dans la commune, qu’il a permis la constitution du réseau du gaz, qu’il a pourvu à l’institution d’un service d’enlèvement des ordures ménagères. Dès 1938, confronté à la mise en chantier de nouvelles constructions à proximité de la rue de Dijon, il alerte les autorités sur la nécessité d’établir un règlement d’urbanisme à faire respecter par les lotisseurs et, en 1943, il fait adhérer la commune au groupe d’urbanisme de Dijon qui aboutira après-guerre, au premier plan d’aménagement urbain de la commune. En 1939, du fait de la guerre, les enfants de Fontaine ne pouvant plus être scolarisés à Dijon en raison des locaux réquisitionnés et du danger des raids aériens, il fait aménager en urgence deux classes provisoires et une cour de récréation sommaire. Avec l’invasion de mai 1940, il doit faire face à l’afflux de réfugiés, qui sont à la charge de la commune, tandis que les Fontainois ont fui vers la campagne et que les cartes d’alimentation distribuées par la mairie apparaissent en juin. Les réfugiés partis, le maire est confronté aux difficultés croissantes de ravitaillement et à l’inégalité de traitement entre les communes. En avril 1941, il proteste auprès de l’autorité à propos des possibilités d’achat de viande et de pomme de terre qui défavorisent les habitants de Fontaine. En réponse, il est suspendu pour un mois par le préfet car il « remplit ses fonctions en méconnaissant les difficultés actuelles »… Le conseil municipal prend alors une délibération où il exprime au maire son sentiment de confiance totale et sa gratitude pour la dignité avec laquelle il remplit ses délicates fonctions. Pendant que l’ennemi occupe Fontaine, que des habitants sont prisonniers de guerre, il a à affronter de nombreux drames comme l’assassinat des résistants Darnet et Pontiroli. Après la Libération, son action n’est pas contestée et il reste maire jusqu’aux élections municipales de 1945 où il ne se représente pas. Bien que sa valeur ait été unanimement saluée par ses contemporains, aujourd’hui, ce maire dévoué est bien oublié.

Sigrid Pavèse

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1950

En 1950, Fontaine-lès-Dijon apparaît huit fois dans le journal le Bien public, surtout pour des communiqués de la mairie. Certains des avis publiés laissent transparaître les mutations en cours après guerre. Par exemple, en mai,  il est indiqué qu’une assistante sociale se tient à la disposition des habitants de la commune, le deuxième jeudi de chaque mois, de 9 h 30 à 10 h 30, à l’école des garçons. En effet, avec la création des caisses d’allocations familiales et de sécurité sociale par l’ordonnance du 4 octobre 1945, l’action sociale est devenue obligatoire et encadrée. Elle traduit la volonté d’instituer un ordre social nouveau. En 1946, la loi a rendu obligatoire le diplôme d’État de service social pour avoir le titre d’assistante sociale, afin d’assurer à l’usager une garantie de compétence au service du bien commun.

Par ailleurs, l’organisation administrative du régime général de la Sécurité sociale a mis en place une gestion démocratique en donnant aux bénéficiaires eux-mêmes, par leurs représentants et sous le contrôle de l’État, un rôle prépondérant dans l’administration des organismes nouveaux. C’est ainsi que le maire, Léonce Lamberton, fait savoir à ses administrés que le scrutin pour les élections aux conseils d’administration de la Sécurité sociale est ouvert dans la salle de la mairie le 8 juin.

En février, la taxe locale additionnelle  au chiffre d’affaire est portée de 1,50 à 1,75% par la municipalité. La commune institue cette majoration, qui vient d’être permise par la loi, car le produit de l’augmentation lui est acquis en totalité, alors qu’elle manque de ressources et que les centimes additionnels sont bloqués depuis 1949.

En mai, le maire rappelle aux arboriculteurs que le traitement de leurs arbres avec certains produits arsenicaux ou de synthèse est réglementé et qu’il est interdit de traiter pendant la pleine floraison, sous peine de sanction, montre le souci de la municipalité d’éviter de graves dégâts aux ruchers. En 1950, Fontaine compte de nombreux vergers et jardins. Si l’écologie n’est pas encore à l’ordre du jour, la toxicité des insecticides et anticryptogamiques pour les abeilles est connue. Elle a un impact économique pour les producteurs de miel et de cire et la commune entend protéger ses apiculteurs.

En août, c’est une publicité pour le bal Guéritée, qui mentionne la fête patronale et sa date. Guéritée était un entrepreneur de bal qui faisait danser jeunes et moins jeunes sur un parquet installé près de la mare. Ce dancing éphémère était très prisé. Parallèlement, un compte-rendu détaillé et laudatif des cérémonies religieuses nous apprend que plus de 2 000 fidèles sont venus honorer saint Bernard à l’église et à la Maison natale. Si la pratique religieuse baisse, le pèlerinage à Fontaine reste en faveur.

Le 4 décembre, les pompiers de Fontaine  fêtent leur patronne, sainte Barbe, en offrant un grand bal gratuit salle Breton. Il s’agit de la salle de bal du café de la place, qui prend le nom des tenanciers successifs. C’est un décret de l’Assemblée nationale qui avait confié en décembre 1789 aux municipalités « le soin de prévenir par des services nécessaires, les fléaux calamiteux ». Depuis cette date et jusqu’en 1981, la commune a entretenu une compagnie de sapeurs-pompiers-volontaires.

Sigrid PAVÈSE

Fontaine-lès-Dijon dans Le Bien public de 1949

La plupart des onze articles consacrés à Fontaine-lès-Dijon sont publiés pour rendre service aux lecteurs : jour d’enlèvement des ordures, annonce de la fête nationale, de la fête patronale, indication qu’une chambre à air de camion a été trouvée et peut être réclamée auprès d’Eugène Nicolle…

En août 1949, un arrêté municipal interdit d’allumer des feux dans les champs, jardins et friches. Cet appel à la prudence est lié à la grande sécheresse et à la chaleur qui ont régné sur toute l’Europe occidentale cette année-là, pendant l’été. Un autre avis rappelle un arrêté de 1926 qui interdit de pénétrer dans le bois situé entre la mare et l’église. Le maire veut lutter contre les incivilités qui détériorent l’environnement et annonce que les fautifs pris sur le fait seront verbalisés avec sévérité par les gardes champêtres. En 1949, la commune avait encore un caractère rural et c’était le garde-champêtre qui assurait la police municipale. Les gardes champêtres étaient des officiers de police judiciaire craints par les contrevenants.

Trois articles sont consacrés au ravitaillement, notamment en sucre et en carburant. Ce sont les derniers qui paraîtront sur le sujet, car les conditions de vie des Français commencent à s’améliorer avec l’aide américaine à la reconstruction apportée par le plan Marshall en 1948. Le haut commissariat au ravitaillement est supprimé et les derniers tickets de rationnement disparaissent le 1er décembre. Cette pénurie a marqué en profondeur les esprits et oriente la politique agricole vers une forte productivité, afin de garantir la sécurité alimentaire. C’est ainsi qu’à Fontaine en avril 1949, des films agricoles sur la motoculture, la lutte contre les mauvaises herbes et la fumure sont commentés par les ingénieurs de la direction des services agricoles, pour faire évoluer le monde agricole afin de tendre à l’autosuffisance alimentaire.

Enfin, un long article est consacré aux obsèques du lieutenant René Guillaume tombé en Indochine à la tête de son peloton, le 4 février 1948, comme l’avait relaté un précédent article paru après sa mort. Inhumée provisoirement à Hanoï au Tonkin – on ne parlait pas alors de Viêtnam -, sa dépouille a été rendue à sa famille pour être enterrée au cimetière de Fontaine. Sous le titre d’usage « Obsèques d’un brave » est décrit l’adieu social au jeune soldat avec l’hommage de ses pairs et le discours du maire, qui met en valeur l’écolier studieux et la personnalité du défunt. Le garçon étant connu de tous dans le village où il a grandi, la population se fait un devoir d’entourer ses parents et de leur exprimer sa sympathie. Les enfants des écoles avec leur maître sont présents à la cérémonie. Ils sont les témoins du rôle civique qu’ils devront accomplir à leur tour. Le nom du soldat est inscrit sur le monument aux morts des guerres du XXe siècle à Fontaine-les-Dijon mais ne cherchez pas sa tombe dans le cimetière de Fontaine, son corps a été transféré en 1959 à Chervey dans l’Aube, dans l’arrondissement de Troyes dont la famille était originaire.

Sigrid Pavèse